Pour le premier entraînement, nous nous sommes rendus dans la forêt du Schwyberg. Il faisait un temps magnifique et une grande chaleur. C’est dans ce genre de terrain là que les championnats suisse (MOM/LOM) vont avoir lieu, en tout cas du point de vue du dénivelé. On espère que les forêts seront moins vertes et mieux courables. Cependant cette forêt reste intéressante et certaines parties très jolies. Pendant l’entrainement, nous avons pu nous focaliser sur l’altitude grâce aux différent postes qui permettaient de tout simplement rester à plat.

Malheureusement, déjà après ce premier entrainement, nous manquions d’eau. Arrivés sur le lieu du second entrainement, nous avons cherché une fontaine ou de quoi remplir nos bouteilles vides. Mais il n’y avait aucune fontaine à proximité. Par chance, un paysan du coin avait installé un frigo où l’on pouvait acheter des produits de la région et des boissons!!! La carte de cet entrainement était splendide, la première partie de l’entrainement se faisait dans les pâturages puis on arrivait vers un petit lac entouré d’une forêt. On a pu remarquer que ces terrains mélangeant pâturages et forêt ne sont pas des plus faciles. Il faut pouvoir changer la façon de faire de la CO d’une partie à l’autre.

Après cette chaude journée, nous sommes rentrés à notre logement. Il y avait une grande place pour jouer au foot ! Le lendemain, la forêt de notre entrainement se situait à seulement 5 minute de notre logement, c’était la carte où avait eu lieu la NOM en 2019. La forêt était tout simplement magnifique et par moment extrêmement bien courable. Les pentes étaient étonnement belles et « dégagées ».

Au programme pour le dernier entraînement de ce week-end nous attendaient des départs de relais en petits groupes de 3 ou 4 athlètes. Différents petits parcours de quelques postes étaient repartis sur la carte de Homet. Toutes les personnes d’un groupe partaient simultanément et le premier arrivé avait gagné. Avec ce format de départ en masse, tout le monde était poussé par l’envie de gagner ou de ne pas finir dernier, ce qui ajoutait un peu de détermination. La forêt était moins bien courable que celle du matin et les ronces avaient envahi certaines parties. Puis nous avons mangé un joli goûter pour terminer ce week-end de préparation.

Matthieu Bührer

A peine arrivés en Suisse Centrale, nous avons couru sur la carte des championnats suisses de sprint 2019, à Stans. L’entraînement était composé de cinq petits sprints d’environ 5 postes afin d’entraîner les départs de sprint. L’après-midi, nous avons eu l’opportunité de courir dans la forêt mythique de Kernwald, où il a été complexe d’effectuer le multitechnique constitué d’un corridor, d’une zone sans chemins et d’une partie « à l’aveugle ». Nous avons ensuite rejoint notre magnifique logement au-dessus de Schwytz, où nous avons pu observer de beaux couchers de soleil.

Le deuxième jour, nous avons couru deux fois dans la forêt située à côté du logement, Gibel. Au programme, le matin, une co normale où nous devions « généraliser » la carte ainsi que, l’après-midi, une « Viel Posten ». En rentrant de l’entraînement de l’après-midi, certains athlètes en ont profité pour faire une séance de cryothérapie dans la rivière qui passait près du logement.

Mercredi, nous avons passé toute la journée à Seelisberg, sur le terrain des championnats suisses de moyenne distance 2020. Le matin, nous avons eu l’occasion de nous préparer dans le terrain de la middle intensive de l’après-midi avec un multitechnique constitué des mêmes éléments qu’à Kernwald. La middle fut une bonne opportunité de prendre notre revanche sur la MOM et de se préparer pour d’éventuelles courses de sélection à Seelisberg. Le soir, nous avons dégusté d’excellents macaronis de chalet préparés avec soin par l’équipe cuisine.

Le jour suivant, nous sommes montés à Glattalp pour un entraînement « worshop » en trois parties : un long legs, un multipostes et un couloir. Le terrain dans lequel nous avons couru était terriblement beau avec beaucoup de cailloux et de bétail. Le soir, afin de bien se rassasier, nous avons mangé du risotto en quantité plus que suffisante.

Vendredi fut une journée sur la carte de Hoch Ybrig, terrain ressemblant aux Préalpes fribourgeoises. Nous y avons effectué deux entraînements : des départs de relais intensifs le matin ainsi qu’une « downhill » avec montée en télésiège l’après-midi. Pour le souper, nous avons eu l’occasion de manger le risotto restant de la veille.

Samedi, les jambes déjà fatiguées, nous avons couru une ultra-longue sur les cartes de Lidernen et de Seenalp et nous avons dû mémoriser le passage du col qui relie les deux cartes. Nous avons presque fait de l’escalade sur le chemin escarpé pour descendre du col vers la deuxième carte.

Après un entraînement de plus de deux heures, nous avons rejoint notre logement d’un soir à Gersau, une auberge de jeunesse au bord du Lac des Quatre Cantons où nous étions en demi-pension.

Le septième jour, sur le chemin du retour, nous avons fait une escale près d’Huttwil afin de faire un dernier entraînement dans Schmidwald. Après tout un camp dans les forêts de Suisse Centrale, le terrain courable était le bienvenu. Nous avons mangé là-bas notre dernier pique-nique tous ensemble, lors duquel nous avons tenté de terminer tous les fromages qui nous restaient avant de rentrer pour un repos bien mérité.

Loriane Schafer et Sébastien Kessler

Le premier site de course se situait dans la jolie station de Grindelwald. Nous avons pris le train (seulement pour 3 petites heures) puis nous nous sommes préparés pour notre départ qui était vers 15h00.

Mais quelle montagne pourrait-ce bien être?

Une fois partis pour cette moyenne distance, nous nous sommes rapidement aperçus que ce terrain était magnifique, avec beaucoup de grands rochers couverts de mousse et des myrtilles sur le sol; on se croyait presque aux O Ringen, en légèrement plus raide 😉

Les membres du cadre romand ont assuré des résultats solides sur cette course technique: Simon a fait 7ème, Tibor 19ème, Elias 13e, Alina 6ème et j’ai fini à la 4ème place.

Puis nous sommes descendus dans le bas de la station, proche de la rivière « schwartze Lützine » afin de tremper les jambes dans de l’eau plutôt fraîche et découvrir notre hébergement, l’Eiger Lodge.

Après un bon souper, quelques jeux diverses et un immanquable brossage de dents nous voilà au lit!

Le lendemain, nous nous sommes réveillés pour la plupart avant 7 heures, déjà bien fatigués avant la longue distance qui nous attendait.

2 heures de train plus tard nous arrivons dans la forêt du Gurnigel et pouvons commencer à nous activer sérieusement…

Cette fois-ci le terrain était plus humide et presque aussi raide que le jour précédent mais la végétation moins scandinave. Dans cette forêt plus rugueuse, le parcours était intéressant: une bonne mixité entre petites tirées avec changements de direction et longs poste à poste comportant des choix de cheminement!

Quant aux résultats ils étaient sensiblement moins bons: Simon a fini 11ème, Elias 15e, Tibor 21ème, Alina avec une jolie 3ème place et j’ai fini 7ème.

Notre dernier week-end de sélection pour les JWOC se termine dans le train (eh oui). Nous sommes un peu fatigués mais contents  que ce soit fini.

Maintenant place à un peu de repos avant les courses et camps de l’été!

Inès

Chaque année, les athlètes membres d’un cadre doivent effectuer des tests PISTE permettant, en combinaison avec les résultats effectués durant l’année, d’évaluer leur potentiel. Nous avons effectué ces tests le 5 juin passé à l’anneau d’athlétisme de Saint-Léonard, à Fribourg. Au menu: un 3000m, un test cognitif et un 400m-O, combinant la lecture de carte et la vitesse de course.

Nous avons eu la chance de pouvoir effectuer ces tests sans pluie, ce qui n’était pas garanti au vu de la météo exécrable des jours précédents. Nous avons donc effectué le 3000m avec quelques lièvres afin d’optimiser les résultats, suivi d’un test cognitif durant lequel il fallait déterminer le sens de la pente, évaluer des choix de cheminement et déterminer des profils d’itinéraires ou de coupes de terrain. Le test cognitif terminé, il restait le 400m-O: un test durant lequel il faut courir 400m en mémorisant 4 postes, les reporter et recommencer avec une autre carte, le tout 4 fois. Nous avons eu de bons résultats, preuve que les membres du cadre s’entraînent bien et progressent malgré les quelques difficultés sanitaires posées par le COVID. Il ne reste plus qu’à confirmer ces résultats lors des courses tout au long de l’année!

La fin des tests a été marquée par le retour de la pluie, ce qui nous a motivés à vite ranger nos affaires et rentrer chez nous pour nous mettre au chaud et au sec!

Paul

Cette journée a eu lieu une semaine après le camp de printemps au Tessin et a permis aux athlètes de renforcer les capacités physiques et surtout techniques acquises pendant ledit camp, dans le cadre de la préparation pour les compétitions les plus importantes de l’année : les courses de sélection. 

Le matin, une série de deux entraînements intensifs de type « middle-distance », espacés d’une petite pause, a été effectuée. La forêt était très technique et permettait de travailler l’orientation fine, en particulier: 

  • la maîtrise des visées à boussole 
  • l’interprétation des courbes de niveau et du micro-relief
  • l’orientation dans la zone de poste 
  • la navigation objet-objet

Les Gravereules, forêt où a eu lieu l’entraînement intensif, est un terrain jurassien très proche de celui que nous aurons lors des courses de sélections du 13-14 mai (Tête Plumée). Cet entraînement du matin nous a donc été très utile. 

Pour l’après-midi, les athlètes se sont déplacés vers Soleure pour faire un sprint relativement long de 2,7 km (2,3 km pour le parcours court), comme préparation à la SPM du 9 mai qui aura lieu à Zwingen (BL) et fait office de course de sélection sprint. Un sprint teste toujours la capacité de faire les meilleurs choix rapidement et à rester concentré constamment. En effet, lors de cet entraînement, il y a eu de nombreuses possibilités de choix de cheminement entre plusieurs postes. 

Les jeunes membres du Cadre Romand ont pu analyser plus précisément leurs entraînements grâce aux: 

  • temps intermédiaires pour les deux courses 
  • démonstration des choix de cheminement les plus courts pour l’entraînement de sprint, sur carte OCAD. 

Victor

Ce camp a bien évidemment eu lieu dans le respect des règles sanitaires.

 

Après un test rapide qui nous a permis de participer à ce camp nous sommes partis, dimanche 11 avril, non pas en direction de l’Ain comme prévu mais au Tessin, plus précisément à Novaggio, petit village au-dessus de Lugano. Pour bien commencer, nous avons fait une Welcome-O sur la carte de Scarpape. Arrivés au logement nous avons pris un bon repas puis nous sommes allés dormir.

Le lendemain nous attendait notre premier entraînement intensif : 4 petits sprints à Capriasca. L’après-midi, nous avions un entraînement « grob-fein » dans la forêt de Carona suivi d’une présentation par Paul sur ce thème.

Mardi, Cademario nous a accueilli pour deux entraînements : un au sud où nous avons travaillé l’orientation fine et un au nord pour faire une chasse au lapin. Il s’agit d’un entrainement intensif par petits groupes où un entraîneur nous donne la carte au milieu de la forêt… Nous devons nous y retrouver, aller chercher les postes tout en essayant d’être le/la plus rapide.

Mercredi matin nous avons couru dans les rues de Novaggio puis après avoir dîner nous sommes allés chercher quelques postes de l’autre côté de la frontière pendant notre entrainement multiposte :).

Jeudi matin au réveil une surprise nous attendait… La neige !! Nous avons donc échangé les entraînements du jour avec ceux du lendemain. Ainsi, nous sommes partis pour faire la middle intensive sur la (très belle) carte de Tesserete où se sont déroulés les EOC 2018. Un après-midi de repos et une pizza plus tard, nous avons fait la course de nuit qui a achevé 2-3 d’entre nous (j’en fait partie) 😂.

Une bonne nuit de sommeil et nous voilà partis pour la longue distance sur un joli terrain avec quelques restes de neige. Nous nous sommes ensuite rendus à Lugano pour faire une Escape Game. Nous avions installé une application qui nous indiquait les endroits où nous rendre à l’aide d’énigmes. Le souper passé nous avons analysé les différents choix de cheminement de la longue distance avec Philipp puis avons regardé nos traces GPS.

Samedi, avant dernier jour du camp, nous sommes allés à San Giorgio, très belle forêt aux senteurs d’ail des ours, où nous avons fait deux entraînements extensifs : un entraînement multi-technique avec plusieurs couloirs suivi d’une CO partenaire. Pour la dernière soirée c’était grillades au menu !

Dimanche, après les nettoyages nous sommes partis pour le traditionnel relais, sur la carte très technique de Taverne.

Merci aux entraîneurs d’avoir organisé ce super camp malgré les conditions sanitaires ! Un grand merci également à la Fondation CO Suisse dont le soutien financier nous a permis de réaliser un excellent camp !

A la prochaine !

Justine

Le weekend du 20 au 21 Février, il a fait le plus beau temps depuis le début de l’année.

Pour rendre ce weekend encore plus beau, nous avons même pu nous rencontrer pour de vrai! E pouvant pas prendre un logement commun, on s’est vus par petits groupes et le weekend s’est déroulé dans la région pour que tout le monde puisse rentrer chez soi le soir.

Samedi, nous nous sommes retrouvés dans la belle ville de Morat, pour le premier groupe à 10 heures, pour le dernier à 11 heures. On a donc bien eu le temps de faire la grasse matinée 😊

Le focus du weekend était les départs de sprint. Nous avons fait comme premier entraînement un sprint extensif, en devant tourner la carte tous les deux postes pour simuler un départ de sprint. Ceci a rendu l’entraînement mentalement très intensif. Et quelle belle vue sur le mur d’enceinte de Morat !

L’après-midi, nous nous sommes déplacés à Estavayer-le-Lac pour faire des Intervalles-O. Comme le départ d’un sprint contient l’échauffement physique mais aussi technique, il y avait une carte d’échauffement avant chaque boucle. Avant la première des trois boucles, nous avons fait un petit parcours de 27 balises qui ne se trouvaient que sur la carte. Entre la deuxième et la troisième boucle, nous avons reçu une carte sur laquelle on s’est échauffés comme on voulait. Finalement, il y avait une ligne à suivre le plus exactement possible. Les boucles contenaient en tout un nombre respectable de 37 balises. C’était une bonne idée de s’échauffer techniquement puisque nous sommes passés au château bien connu entre les coureurs d’orientation ! Qui n’a (encore) jamais fait d’erreur là-dedans ?

Ce weekend ne pouvait pas avoir lieu sans une réunion zoom. Nous nous sommes donc réunis devant nos écrans le soir et Antoine nous a fait une présentation sur les départs de sprint. Comme déjà mentionné, la préparation du départ ne comprend pas seulement l’avant-départ, mais aussi l’échauffement et puis la préparation.

Dimanche nous avons passé toute la journée à Lausanne : le matin un peu plus au Nord que l’après-midi, dans la merveilleuse cité de Lausanne. Nous avons à nouveau effectué des Intervalles-O pour bien entraîner les départs intensifs, cette fois avec six boucles. C’était cette fois à nous de faire un bon échauffement comme on nous l’a appris le jour avant 😉

L’après-midi on s’est installé au bord du Lac Léman. Il faisait presque assez chaud pour aller se baigner ! Mais on a fait quelque chose d’au moins aussi bien : Une des fameuses chasses au lapin qui ne manquent jamais lors des camps 😊 Avec les mêmes groupes que depuis le début du week-end, nous nous sommes mis en route. Il y avait un entraîneur par groupe que les athlètes ont suivi sans carte pour se retrouver le plus vite possible à n’importe quel endroit à Ouchy, naturellement suivi par quelques postes à trouver.

Un grand merci à tous les entraîneurs pour ce super weekend et une organisation remarquable !

Elias

Nous sommes donc partis… Ah non, corona oblige, nous sommes donc tous restés chez nous et ne nous sommes vus que par caméra interposée. Nous avons tout de même fait des longjoggs par petits groupes mais nous y reviendrons.

Samedi 30 janvier, au matin, nous nous sommes donc tous réunis devant nos écrans afin d’écouter attentivement une présentation de Stéphane à propos du renforcement et de ses bienfaits pour les coureurs d’orientation que nous sommes. Après cette théorie, nous avons passé à la pratique après nous être mis en conditions chacun de notre côté. Finalement, après cette dépense énergétique, nous avons reçu l’autorisation de nous sustenter avant d’attaquer la présentation de Térence sur l’élaboration des concepts de course en CO. En début d’après-midi, Térence nous a donc transmis des informations éclairantes sur la méthodologie à adopter pour mettre en place et appliquer nos concepts sur 1 voire plusieurs années. En un mot, il faut être particulièrement régulier et consciencieux pour pouvoir améliorer ses automatismes. Avant de nous quitter pour regarder avec attention les derniers mètres des fondeurs en coupe du monde 😉, les entraîneurs nous ont rappelé nos devoirs : faire un jogging de 40 à 60 minutes dans l’après-midi individuellement. Au crépuscule de ce dernier jour, c’est fourbus mais emplis de motivation pour cette année 2021 que nous nous endormons.

Dimanche 31 janvier, l’accent était mis sur le traditionnel longjogg de début d’année. Séparés en petits groupes, tous les athlètes du Cadre présent à cet entraînement ont pu bénéficier des conditions météorologiques idylliques de cette fin de semaine. En plus de découvrir les magnifiques paysages de Romandie ou d’ailleurs. Les groupes étaient composés comme suit : le groupe 1 avec Jérémie, Victor, Sébastien et Stéphane, le groupe 2 avec Heather, Loriane et Elia, le groupe 3 avec Laurine, Marion et Anouk, le groupe 4 avec Florian, Matthieu, Tobias et Elias, le groupe 5 avec Simon, Tibor, Térence et le groupe 6 avec Inès, Loïc, Jan et Philipp. Des groupes ont été plus ambitieux que d’autres question distance mais je peux dire avec assurance que si le renforcement de samedi a fait souffrir les ischios, tout le monde a pris du plaisir en courant ce dimanche. Il suffit de regarder un instant les photos pour y voir les mines réjouies des participants revigorées par l’air frais et non-filtré inspiré.

Merci à tous les entraîneurs pour ce week-end placé sous le signe de la distanciation sociale mais aussi de la bonne humeur. Les conditions ne sont pas optimales mais vous avez su nous concocter un programme qui a tenu toutes ses promesses et plus encore. A bientôt, j’espère !

Tibor

Du 22 au 25 octobre a eu lieu l’International Youth Orienteering Meeting (IYOM) au Cernil et au bois de la Baume. Malgré les restrictions dues à la pandémie actuelle, deux des trois courses prévues ont réussie à avoir lieu : La longue au Cernil et la middle raccourcie au Bois de la Baume. Le relais du dimanche à malheureusement dû être annulé en raison des restrictions.

C’est pour remplacer les EYOCs et les JWOCs que la fédération suisse a organisé ce meeting. Au départ censé rassembler plusieurs pays voisins (comme par exemple l’Italie, l’Allemagne ou encore la Belgique), la manifestation n’a pu accueillir que les suisses et les français ; les autres délégation n’étant finalement pas en mesure de venir.  Au total, 47 jeunes coureurs et coureuses se sont retrouvés pour disputer ces courses.

Après un Model-Event au communal (où aurait dû se dérouler le relais), nous nous sommes tous retrouvés le vendredi matin près de la ferme du communal afin de disputer la longue distance. Après une quarantaine sous la pluie et dans le froid, nous avons pu nous élancer chacun notre tour dans la forêt du Cernil, sur un parcours tracé par Alain Berger. Après le départ, à l’entrée de la forêt, les choix n’ont pas arrêté de défiler. Les chemins étaient de manière générale le choix le plus rapide mais il était quand même toujours possible de rester dans les temps sans trop s’éloigner du trait. Il fallait alors être techniquement rigoureux et attentif. Après environ heure de course, un passage spectateur et une belle montée sur les derniers postes, nous sommes revenus près du départ pour terminer cette première course. Niveau résultat, une bonne partie des victoires étaient suisses, mais les français n’étaient pas en reste.

Nous sommes ensuite repartis, toujours sous la pluie, et nous avons fait route jusqu’au Louverain (Geneveys-sur-Coffrane) pendant que les français retournaient dormir en terre natale. Après une bonne douche chaude, un souper délicieux et une analyse de notre course, nous avons passé une bonne nuit et avons récupéré pour la middle raccourcie du lendemain.

Le samedi, nous sommes retournés au-dessus des Bayards mais pour cette fois courir dans le bois de la Baume. De nouveau en quarantaine sous la pluie (mais bien plus fine que le jour d’avant), nous sommes ensuite partis avec du soleil et un air un peu plus chaud sur cette course. Cette fois-ci, les interpostes étaient souvent très courts et, contrairement au jour d’avant, la meilleure solution était d’être très propre à la boussole et de ne pas manquer à la lecture de carte. Malgré la longueur de la course, une bonne concentration était requise jusqu’à la fin. Après une course d’entre 20 et 25 minutes et bien des fautes en forêts, nous avons terminé la deuxième et malheureusement dernière course de ces IYOMs. A nouveau, les suisses ont brillé sur cette course alors que les français ne suivaient que de très peu.

Après cette belle journée, nous avons dormis une dernière nuit au Louverain et avons profité de nos derniers instants à plus de 10 pour jouer, analyser ou encore danser. Le lendemain, tout le monde est rentré avec une belle expérience et de nouveaux objectifs pour la saison 2021.

Au final, ces deux courses nous on permi de courir avec quelques jeunes de notre âges sur le plan international et nous serons éternellement reconnaissant au organisateurs, aux traçeurs/traçeuses et aux bénévoles de cette brève manifestations pour nous avoir offert cette occasion. Un grand merci à eux.

Article de la SOLV sur la longue distance du vendredi
Article de la SOLV sur la middle raccourcie du samedi

Simon


Ce week-end a débuté pour les Neuchâtelois samedi à 8h40. Les Fribourgeois avaient rendez-vous à la gare de Fribourg à 9h10.
Ensuite, les deux bus se sont retrouvés aux Alpettes. Il faisait très froid et il y avait de la neige partout. Tout le monde est resté dans les bus sauf les entraîneurs qui devaient aller poser les postes. Tout le monde a couru avec un ses habits d’hiver. Après un bon entraînement, nous nous sommes réchauffés en remettant le chauffage dans le bus au maximum. Après avoir pris notre pique-nique dans la voiture, nous sommes allés aux Pléiades. Une CO régionale organisée par le CO Lausanne-Jorat s’y déroulait. La forêt était plutôt escarpée et assez boueuse.
Après une bellecourse, nous sommes allés à notre logement, qui se trouvait aux Paccots. Une fois sur place, tout le monde est allé dans la salle de séchage pour accrocher ses vêtements mouillés. Certains sont ensuite sortis jouer au ping-pong, d’autres ont fait du feu dans la cheminée. Ensuite, il y a eu les classiques Älpler Magronen. Après le dîner, nous avons joué aux carte, puis nous sommes allés nous coucher.
Le lendemain matin, nous nous sommes levés vers 8h00. Nous avons pris le petit déjeuner et nettoyé la maison. Après que la femme qui loue la maison ait tout vérifié, nous nous sommes rendus au 32ème CO de la Riviera. La course a eu lieu dans le quartier semi-ouvert des Paccots. Il faisait déjà plus chaud et la neige avait presque fondu. Dans la forêt, c’était très beau car on voyait les reste de neige s’évaporer. Il faisait néanmoins assez humide et boueux.
Après la course, nous avons fait notre pique-nique. Quelques-uns ont comparé leurs temps intermédiaires et nous avons cherché ensemble l’itinéraire le plus rapide. Après avoir mangé le bon pique-nique, nous sommes rentrés chez nous.
Merci aux entraîneurs qui, malgré l’annulation des Swiss O Days à Airolo dans un court délai, ont pu nous préparer ce magnifique week-end.

Elia

Version originale

Dieses Wochenende begann für die Neuenburger am Samstag um 8h40. Die Freiburger mussten um 9h10 beim Bahnhof Fribourg sein.
Danach trafen sich die beiden Busse in Les Alpettes. Es war sehr kalt und es lag überall Schnee. Alle blieben in den Bussen ausser die Trainer, welche die Posten setzen mussten. Alle rannten mit einem Thermoshirt. Nach einem schönen Training wärmten sich alle wieder auf, indem man die Heizung im Bus auf die 3. Stufe raufdrehte. Nachdem wir unser leckeres Mittagessen im Auto gegessen hatten, fuhren wir nach Les Pléiades. Dort fand ein regionaler CO Lausanne-Jorat statt. Der Wald war eher steil und es war ziemlich matschig.
Nach einem tollen Lauf gingen wir zu unserer Unterkunft, welche in Les Paccots war. Dort angekommen, gingen zuerst alle in den Trocknungsraum ihre nassen Sachen aufhängen. Nachdem wir unsere Sachen aufgehängt hatten, gingen einige draussen Pingpong spielen, andere machten Feuer im Cheminée. Danach gab es leckere Älpler Magronen. Nach dem Abendessen flogen die Karten, später ging man ins Bett.
Am nächsten Morgen standen wir ca. um 8h00 auf. Wir assen Frühstück und putzten das Haus. Nachdem die Frau, welche das Haus vermietet, alles kontrolliert hatte, gingen wir an den 32ème CO de la Riviera. Der Lauf war im halboffenen Gelände von Les Paccots. Heute war es schon wärmer und der Schnee war am Schmelzen. Im Wald sah es sehr schön aus, weil der Schnee verdampfte. Es war auch eher nass und matschig.
Nach dem wunderschönen Lauf assen wir unser Picknick. Ein paar verglichen ihre Zwischenzeiten und suchten gemeinsam die schnellste Route. Nachdem wir das feine Picknick gegessen hatten, fuhren wir nach Hause.
Ich danke allen Trainern, dass Ihr uns trotz der kurzfristigen Absage der Swiss O Days in Airolo ein spannendes und tolles Weekend zusammenstellen konntet.

Elia